5.5 - Equipement

Le laboratoire doit être doté d’équipements adaptés aux activités effectuées, en référence à toutes les phases et à tous les aspects de ces activités, y compris la gestion des échantillons, la préparation des objets testés, l’analyse et l’élaboration des données.

Si le laboratoire utilise des équipements de tiers (ou en tous cas en-dehors de son contrôle permanent), il doit s’assurer de leur correspondance aux exigences applicables.

Les équipements (y compris leur logiciel) doivent permettre l’obtention de la nécessaire exactitude;

ils doivent être conformes aux spécifications techniques applicables et doivent être contrôlés avant leur mise en service et pendant leur utilisation par des vérifications ou des étalonnages adaptés.

Les équipements doivent être gérés selon des critères d’efficacité technique et économique.

Le personnel doit disposer de toutes les informations et connaissances nécessaires pour la meilleure utilisation possible des équipements, relativement à la fonction qu’ils occupent.

Les équipements (y compris leur logiciel) doivent être identifiés de manière claire et univoque.

Les informations relatives aux caractéristiques et au fonctionnement des appareils d’essai et de mesure doivent être disponibles par écrit (descriptions rédigées par le laboratoire ou manuels d’utilisation et de manutention fournis par le constructeur).

N°1


Le laboratoire doit disposer d’une liste de tous les équipements (et leurs logiciels respectifs) ayant une influence sur les essais effectués.

Chaque appareil doit être accompagné d’une série d’éléments (enregistrements) comprenant:

- La dénomination de l’appareil et le code d’utilisation interne;

- Le nom du constructeur, le type et le numéro de série ou toute autre forme d’identification univoque;

- La date de livraison et de mise en service;

- La vérification de conformité aux spécifications (par ex. le rapport des essais à la réception);

- L’emplacement actuel;

- La référence à la documentation descriptive (modes d’emploi, manuels, etc.);

- Dates, résultats, rapports et certificats relatifs aux opérations de vérification, d’étalonnage, de contrôle, de mise au point, etc. effectuées sur l’appareil, ainsi que les dates de la prochaine répétition de telles opérations;

- Les programmes de manutention et les enregistrements des manutentions effectuées;

- Les enregistrements des dommages subis, des réparations effectuées et des modifications apportées.

Le matériel doit être protégé de toute détérioration, endommagement, mauvaise utilisation et altération et doit être l’objet d’une manutention régulière.

Les équipements qui ont été l’objet de pannes, surcharges, mauvaises utilisations ou qui apparaissent néanmoins défectueux ou non conformes, doivent être identifiés et isolés jusqu’à leur restauration et la vérification de leur conformité.

Le laboratoire doit évaluer si de telles défaillances ont eu d’éventuels effets sur les activités exercées précédemment et adopter des mesures en conséquence.

Lorsque c’est le cas, les équipements doivent porter un cachet indiquant « l’état de l’étalonnage ou de la vérification», avec la date de réalisation et la date d’échéance ou la date de la prochaine vérification.

Si des contrôles intermédiaires sont nécessaires pour assurer la confiance dans l’état de l’étalonnage, ils doivent être effectués selon des procédures prédéfinies.

Les critères exposés s’appliquent aussi bien aux simples appareils analogiques, qu’aux systèmes informatiques.

N°2

NOTE N°1:

Dans ce cas, le laboratoire doit également documenter la totale disponibilité et l'accessibilité de la documentation et des notices d’utilisation correspondantes.

En règle générale, les équipements doivent être utilisés uniquement par du personnel strictement autorisé.

Si, pour quelque motif que ce soit, un appareil échappe au contrôle du laboratoire, celui-ci doit s’assurer de son bon fonctionnement avant de le remettre en service.

Si, à la suite d’étalonnages, l’utilisation de facteurs de correction devient nécessaire, ces facteurs doivent être enregistrés et la continuité de leur applicabilité doit être vérifiée et confirmée.

Il est déconseillé d’utiliser des facteurs de correction, sauf dans les cas de nécessité absolue.

NOTE N°2:

L’automatisation des processus d’essai constitue un facteur important pour l’amélioration de la qualité des prestations du laboratoire.

Elle implique en effet une amélioration de l’efficacité et de la productivité et une réduction du risque d’erreur humaine.

De plus, elle libère le personnel de certaines tâches de routine et leur permet de se dédier à des activités plus « créatives », ce qui favorise leur croissance professionnelle.

L’emploi de systèmes informatisés pour la gestion des processus d’essai représente donc un objectif que tous les laboratoires devraient viser et la gestion qualité de ces systèmes constitue la référence de la qualité du laboratoire moderne.

N'oubliez pas sur les étiquettes, les éventuelles restrictions (par exemple machine de traction vérifiée en traction mais pas en compression et jusqu'à 20 Tonnes alors que la cellule de force à une capacité de 25 Tonnes).